FCC : le Premier Ministre sortira de ses rangs !

FCC : le Premier Ministre sortira de ses rangs !

Il n’y a point des débats ! C’est cela que soutient le Front Commun pour le Congo (FCC) qui manifestement, sous-tend, sans ambages, que le futur Premier-ministre sortira de ses entrailles.

Avec près de mille Députés nationaux et provinciaux dont 332 élus nationaux, cette plateforme que dirige l’ancien Président Joseph Kabila se revendique comme la plus grande force politique, sinon le premier regroupement politique de la RD. Congo. Néhémie Mwilanya, Coordonnateur du comité stratégique du FCC, l’a si bien déclaré, le dimanche 24 février, lors de la réunion tenue à Kingakati entre Kabila Kabange, Autorité morale et initiateur de ladite coalition, et l’armada des Députés qui représenteront le Front commun à l’Assemblée nationale et aux Assemblées provinciales. Laquelle réunion a vu le Chef de cette famille politique tracer la marche à suivre tout au long de cette magistrature de cohabitation que dirige un fils de l’Opposition, à savoir : Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

In globo, que le Président Félix Tshisekedi nomme un informateur ou un formateur du Gouvernement, le FCC s’entend, à la manière d’un laboureur, que le nouveau Chef de l’équipe gouvernementale provienne de ses rangs. Ce, dans la mesure où il s’est constitué en une nouvelle majorité parlementaire, partant de sa rentrée politique du mercredi 21 février dernier. Aussi, tous les 21 regroupements politiques qui le composent ont-ils réaffirmé, dans la charte constitutive signée dans cette foulée, leur fidélité et loyauté à l’initiateur et autorité morale de la plateforme. Mais, par-dessus tout, se sont-ils derechef engagés à ne pas nuire à l’unité du FCC, c’est-à-dire, à ne pas sortir du groupe et moins encore des lignes établies. Concernant ces nouvelles démarches, Joseph Kabila, dont le regroupement revendique la majorité parlementaire dans l’optique d’assurer la direction du prochain Gouvernement, a convié ses acolytes à concourir, de manière idoine, à la stabilité du pays, le bien-être de la population et dans la poursuite des reformes initiées depuis sa gouvernance.kabila FCC

En cela, a-t-il par ricochet levé la question de garantir la souveraineté et la dignité du pays face aux personnes stipendiées au vœu de balkaniser, par exemple, la RD. Congo. En même temps, a-t-il soulevé l’idée de défendre le nouveau code minier de la RDC, un atout majeur, même si ce dernier est autant critiqué à l’extérieur et est victime des remontrances de la part des géants miniers mondiaux. A la lumière de ce qui est susmentionné, il est tout autant clair que la balle demeure cependant dans le camp du Chef de l’Etat, Tshisekedi Tshilombo, qui se doit véritablement se lancer dans la gestion proprement dite de la Res publica, en désignant en amont le futur Premier-ministre. Qu’il s’agisse de nommer un informateur, une disposition prescrite dans la Constitution, Félix Tshisekedi, du haut de son pouvoir discrétionnaire, est appelé à lever des options. Car, il a un programme à défendre. Celui-ci qui, rappelle-t-on, est chiffré à 86 milliards sur dix, soit 43 milliards pour un quinquennat.

Corneille Lubaki

Pin It