Biographie du Président Gabriel MOKIA MANDEMBO

le mdco soutien les fardc

ENFANCE

Né le 18 Décembre 1956, pendant la colonisation Belge, en plein cœur de Bumba, dans l’actuelle Province de la Mongala, jadis l’un de 5 districts du Grand Equateur.

De 1960 à 1963, il eut suivi l’école maternelle sous l’ancienne appellation classe ya zéro, vue la détérioration des conditions sécuritaires, l’enfant Gabriel fuira avec ses parents dans le village de YAMAOLE, dans l’ancienne province de l’Equateur pendant 4ans, après cette période de turbulence il partira pour Kinshasa, afin d’achever son cursus scolaire, ou il passera par les écoles suivantes :

DENDAL DEUX, Complexe Scolaire NGANGA à LIMETE puis ARMEE DU SALUT.

Dans sa tête il mettra comme credo, les conseils prodigués par sa mère lors de son départ de BUMBA, « mon fils évite l’alcool, fuis les femmes et les mauvaises compagnies »

 

LES AFFAIRES

Il eut constaté être seul dans la capitale Kinshasa, le jeune Gabriel n’eut eu pas d’autre choix que celui de se battre pour se forger un avenir meilleur. C’est dans cette optique qu’à l’Age de 22 ans, précisément en 1977, encore étudiant en 1ère Licence en Sciences Economiques, il eut le gout d’investir et se fut lancé dans les affaires notamment dans les secteurs du café, bois, cacao et caoutchouc où il eut commencé comme commissionnaire.

En 1979 il eut son premier fils, en 1983 le second et son troisième en 1984.

Ces évènements furent détonateurs de la fureur de vaincre pour le jeune de Gabriel. Les années suivantes il connut une ascension et un épanouissement grandissime qui lui poussa de créer plusieurs sociétés.

Très vite, Gabriel MOKIA va connaitre une ascension fulgurante dans le monde des affaires jusqu’à devenir Président Directeur Général de la Société Zaïroise de Produit en sigle, SOZAPRO en 1983.

Son parcours dans le monde des affaires sera ascendant et cette expérience engendrera deux autres entreprises : Agence de Transit Maritime (ATM) et la Société Générale d’Exploitation et Importation (SOGEXI) en 1990.

Par ces faits, il devint une figure emblématique dans la sphère économique zaïroise par sa précocité de l’intelligence, mais aussi par son esprit managérial hors du commun. Durant cette période ont reconnait de lui, les velléités d’un fin stratège économique.

Ensuite, Il orienta ses idées vers le monde des médias en devenant Président du Conseil d’Administration du Journal EPANZA MAKITA en 1986 et Editeur Directeur Général du Journal le ”Diplomate” en 1990.

Il fut épargné des moments des pillages que le pays avait connus en 1991 et 1992.

CARRIERE POLITIQUE

Observant les failles du régime dictatorial du feu président MOBUTU et certaines anomalies sociétales, Monsieur Gabriel MOKIA décida de poser ses pieds dans le monde de la politique de son pays en 1995.

Quelques années après l’entrée de l’Alliance des Forces Démocratiques de la Libération (AFDL) en 1997, Gabriel MOKIA réalisa que pour mieux lutter contre les injustices dont il était lui-même victime et améliorer les conditions sociales des congolais qui souffrent le martyr, il était donc nécessaire qu’il se lance dans la politique active.

Il va créer son parti politique dénommé le Mouvement des Démocrates Congolais, pour combattre tout régime dictatorial dans qui s’installera dans le pays. Il prône la démocratie républicaine comme idéologie et le renouveau démocratique comme doctrine.

Plus tard, les contacts vont se rapprocher entre le nouveau régime et monsieur MOKIA, voyant son mentor et ainé Etienne TSHISEKEDI être relégué à KABEYA KAMWANGA, il refusa catégoriquement de se souiller moralement et il rejeta toute offre politique venant du régime de l’AFDL.

Son refus de collaborer avec le nouveau pouvoir fut considéré comme un acte de sabotage, c’est ainsi que débuta un marathon d’emprisonnement.

Il subit une première arrestation et expropriation de sa maison de la Gombe pour cause d’utilité publique en 1999.

L’an de 2002 point à l’horizon, cela insinuait le dialogue inter congolais, il fut voulu par l’un de médiateur de ce pourparlers monsieur KETUMILE MASIRE ex-président Botswanais cependant pour une seconde fois comme c’était le cas avec le régime de l’AFDL, monsieur Gabriel par un ton ferme refusa de participer à ces pourparlers car pour lui en n’aucun cas il pouvait négocier avec les rebelles.

Ce refus fut un acte mal digéré par ses pairs et déclenchera une seconde série d’arrestations de 2004 à 2005.

Aussitôt sorti de la prison, monsieur MOKIA se présentera comme candidat aux élections présidentielles de 2006, échoué au premier tour, il fera une coalition qu’on appellera l’union pour la nation avec d’autres alliés pour soutenir Jean Pierre BEMBA au second tour mais malheureusement ce dernier fut battu par monsieur Joseph KABILA.  

Durant le premier quinquennat du Président Joseph KABILA de 2006 à 2011, monsieur MOKIA va se voir placer dans plusieurs maisons carcérales.

Sa déclaration en 2008 depuis sa cellule de la prison de makala pour condamner la rébellion du CNDP de Laurent NKUNDA lui valut encore un séjour prolongé.

Ayant de bonne relation avec le sphinx de Limete monsieur Etienne Tshisekedi, Monsieur MOKIA demanda à ses bases de pouvoir soutenir ce dernier aux élections de 2011 mais l’histoire fut encore répétitive comme en 2006 avec la nouvelle victoire de Monsieur Kabila.

Sous l’initiative de l’ex-président

Kabila les concertations nationales débutèrent en 2014 dans le but de former un gouvernement de cohésion nationale, monsieur MOKIA fut contacté par ces bourreaux cependant animait par ces croyances et convictions politiques, bafouant ce rendez-vous national qui était une occasion pour les autres politiciens de se faire une santé financière.

Ils créèrent en 2015 avec d’autre grand nom de l’opposition, la dynamique de l’opposition dans le but de revendiquer contre toute violation constitutionnelle.

Plusieurs manifestations eurent lieu comme celle du 18 au 21 janvier 2015 qui mettait en évidence la non-modification de l’article 8 de la loi électorale.

2016 connaitra un apport politique majeur de monsieur Gabriel MOKIA pour un processus électoral pacifique en RDC. Il fut le consultant majeur et géniteur de l’accord de la cité de L’UA avec EDEN KOJO comme médiateur.

Il créa avec d’autres opposants le front Populaire contre la Révision Constitutionnelle.

Pour l’accord de la Saint-Sylvestre, il fut aussi consulté mais comme un vieux sage voyant le désordre de loin, il désista pour sa participation.

Orphelin de son maitre et mentor politique Etienne Tshisekedi décédé le 2 février 2017 en Belgique, Gabriel comme dans ses habitudes, refusa de faire alliance et coalition avec quiconque.

Il décida d’aller aux élections en cavalier solitaire pour se présenter une deuxième fois comme candidat président de la république.

Lorsqu’il a constaté la victoire du fils de son mentor politique lors des élections de décembre 2018, en bon démocrate républicain, il prend la résolution de se ranger derrière lui en devenant son partenaire politique.

Comme regarde profectif monsieur Gabriel MOKIA veut une politique réformiste sur :

  • L’agroalimentaire ;
  • L’éducation ;
  • Un nouveau modèle du système économique ;
  • Un nouveau modèle du système sécuritaire avec le rapprochement du côté communiste ;
  • La redéfinition des voies des transports ;
  • Une applicabilité effective des lois et textes de la république
  • Un système électoral à deux tours

RESUME :

MOKIA MANDEMBO, aujourd’hui marié à Madame Yolande MALOBO MOKIA, et géniteur de 7 enfants, dont une fille et six garçons. Nul ne pouvait croire à l’époque que l’enfant Gabriel MOKIA MANDEMBO pouvait être la lueur d’espoir pour tout un peuple.

Gabriel MOKIA se lance dans la politique et sacrifiera sa jeunesse sur l’autel des holocaustes

Monsieur Gabriel MOKIA aujourd’hui est fier de son combat politique, nationaliste avéré, digne fils du pays et descendant idéologique de Simon KIMBANGU, P.E LUMUMBA et Etienne TSHISEKIDI.

L’histoire retiendra le combat sans relâche du fils de Bumba, le Grand Eléphant de l’Equateur.

Modèle type de la constance politique, refusant toute transhumance dans le souci de servir son peuple.

Monsieur Gabriel est célébré comme un héros et reste gravé dans l’histoire politique Congolaise.

De Bumba à Kinshasa, de zéro à un héritage indéfini Gabriel MOKIA est une référence pour la jeunesse.

Gabriel MOKIA MANDEMBO, n’a jamais souillé son casier judiciaire, au contraire, l’homme est venu en politique avec tous ses biens amassés au cours de sa jeunesse.

Avec plus de 29 ans de lutte politique acharnée, Gabriel MOKIA est arrêté 28 fois, 19 fois dans les cachots, et 9 fois en prison ferme à raison de ses opinions politiques qui dérangent les régimes d’antan.

Nonobstant ces emprisonnements injustes dont le seul but était de le faire museler, Gabriel MOKIA n’a jamais jeté l’éponge et ne s’est jamais laissé intimider.

 

Pin It

Soutien du MDCO aux FARDC.

Soutien du MDCO aux FARDC.

Génération MOKIA Soutient les FARDC

le mdco soutien les fardc