Les Jeunes du MDCO sont prêts à tout pour défendre l'intégrité du territoire national

La ligue des Jeunes du MDCO, a participé ce vendredi 25 Juin 2022 à Kinshasa, à la marche pacifique organisée par la Jeunesse de l'union sacrée pour la nation.

La ligue des Jeunes du MDCO,  a participé ce vendredi 25 Juin 2022 à Kinshasa, à la marche pacifique organisée par la Jeunesse de l'union sacrée pour la nation.

Apporter le soutien indéfectible aux FARDC, avertir le régime de Kigali sur son implication aux tueries des populations dans la partie orientale de la RDC,  tels sont les faits qui ont poussé la  Jeunesse du MDCO à prendre part à  la marche dite de colère.

C'est à partir de 9 heures que les jeunes militants du mouvement des démocrates congolais ( MDCO ), ont quitté le rond-point SONAHYDRO pour se diriger vers l'assemblée nationale où un mémo a été déposé. Mais avant cela,  plusieurs déclarations en rapport avec la marche  ont été faites par la Hiérarchie de la jeunesse de cette formation politique chère à l'ancien candidat président de la République aux élections de décembre 2018, Monsieur Gabriel Mokia Mandembo.

Prenant la parole, le président Freddy Tshilumba a indiqué :" Nous sommes venus soutenir les FARDC et mettre en garde le président Rwandais en le disant qu'on est prêt à prendre les armées s'il continue à nous agresser ", a-t-il déclaré.

Le président de la ligue des Jeunes a également fait des recommandations au président de la République, excellence  Felix Tshisekedi Tshilombo. " Nous demandons au président de faire attention aux conseils de ses conseillers, car certains d'entre eux,  sont utilisés par la communauté internationale pour exécuter le plan de Balkanisation. Nous lui demandons de n'est jamais autorisé la venue en RDC,  des troupes de la communauté des États d'Afrique de l'Est,  car parmi eux, nos bourreaux sont là ".

Rappelons que lors de sa campagne électorale en 2018, le président national du MDCO avait dans son projet de société prévu  l'anéantissement  du pouvoir de Kigali dès son accession à la magistrature suprême. Mais hélas,  la population avait décidé autrement.

EMONGO GÉRÔME

Pin It